© 2018 Monsieur Légionnaire
Pour commander le livre
© 2016 Monsieur Légionnaire
Médecin en chef Henri ESTEVE Le 28 septembre 2015 décédait le médecin en chef Henri ESTEVE. Officier de la Légion d’honneur. Croix de guerre des TOE avec étoiles de vermeil. Légionnaire d’honneur de 1ère classe. Suite   à   l'annonce   de   ce   décès      j'en   ai   informé   mon Ami,   le   Major   (er)   Michel   ESTEVE   pour   lui   demander   si,   par   hasard,   il   serait   de sa famille. Sa réponse est étonnante. Je vous la livre ici. « Salut Alain Pas de la famille, non, mais presque ! Voilà un homme que mon père a longtemps cherché. Petite histoire. Mon   père,   Henri   Estève   et   le   Dr.   en   question   ont,   non   seulement   le   même   patronyme,   le   même prénom,   mais   ils   sont   nés   le   même   jour   du   même   mois   la   même   année.   Ils   se   sont   rencontrés   sur   la RC4   et   ont   sympathisé   puis   se   sont   de   nouveau   rencontré   par   la   suite   et   un   jour   il   lui   a   donné   cette photo   que   j’ai   toujours   gardée.   Mon   père   est   à   ce   jour   DCD,   mais,   de   son   vivant   il   m’a   souvent   parlé d’Henri   Estève   en   fait   il   ne   pouvait   pas   parler   de   l’Indochine   (il   y   était   de   1947   à   1953)   sans   parler   du toubib. A   une   époque,   son   supérieur   direct   (le   lt   Faucard)   avait   tissé   des   liens   plus   forts   que   l'amitié,   il s'agissait   de   camaraderie.   Un   jour   Faucard   est   désigné   pour   son   retour   en   métropole,   mon   père   était, à   ce   moment   là,   chef   du   poste   284   dans   la   région   de   Phoung.   Son   camarade   vient   lui   dire   au   revoir   au moment   où   mon   père   se   prépare   à   faire   la   fatidique   «   ouverture   de   route   ».   Faucard   insiste   pour   faire sa   dernière   ensemble.   20   minutes   après,   il   marche   sur   une   mine.   Il   ne   reverra   pas   la   France   et   mon père s'est promis de savoir dire NON même à ses amis ». E.S.S. de l'Adjudant Henri ESTEVE. Engagé   pour   5   ans   au   titre   du   8ème   Dragons   le   10   mars   1941,   nommé   1ère   Classe   le   14   novembre, brigadier   le   9   avril   et   brigadier-chef   le   11   septembre   1942.   Affecté   au   110ème   R.I.   le   22   août   1944. Nommé   Sergent   le   1er   mai   1945.   Désigné   pour   le   C.E.F.E.O.   il   quitte   les   T.O.A.   le   9   janvier   1947, embarque   à   Marseille   sur   le   «   SS   Ville   de   France   »   et   débarque   le   27   février   à   Tourane.   Nommé Sergent-Chef   le   1er   mars   1947   est   muté   au   2/21ème   R.I.C.   Embarqué   le   1er   juillet   1948   sur   le   «   SS Pasteur   »,   il   débarque   à   Marseille   le   22   juillet.   Ses   permissions   et   C.F.C.   épuisés   il   est   affecté   à   l’École de   Cherchell   et   débarque   à Alger   le   12   décembre   1948.   Le   12   avril   1949   il   embarque   à   Mers   El   Kébir sur   le   «   SS   Pasteur   »   et   débarque   à   Haïphong   le   3   mai   où   il   est   affecté   à   la   1ère   Compagnie   du 22ème   B.T.A.   Nommé Adjudant   le   1er   juillet   1953.Embarqué   le   16   août   1953   sur   le   «   SS   Campana   »   il débarque   à   Marseille   le   9   septembre   1953.   Le   9   décembre   1953   il   est   affecté   au   1/6ème   R.T.M   à   Port Lyautey.   Dirigé   vers   la   1ère   Compagnie   à   Kasba   Tadla   (camp   sud).   Par   décision   du   3   avril   1956   le 6ème   R.T.M.   devient   1er   Régiment   de   Zouaves   et   fait   mouvement   vers   Ouarzazate.   Embarqué   à Casablanca le 21 octobre 1957 sur le « SS Ville de Bordeaux » débarque à Bordeaux le 24 octobre. Rayé des contrôles le 23 novembre 1957. Henri   ESTEVE   est   décédé   en   1995.   Il   était   titulaire   de   la   Médaille   Militaire,   de   la   Croix   de   Guerre 39/45   avec   deux   citations   à   l'ordre   du   Corps   d'Armée,   de   la   Croix   de   guerre T.O.E.   avec   deux   citations à   l'ordre   de   l'armée   et   une   à   l'ordre   de   la   brigade,   de   la   Croix   du   Combattant,   de   la   commémorative 39/45, de la commémorative d'Indochine, de la médaille Coloniale et de la médaille des blessés. Une question m'interpelle, avec un tel « placard » notamment en citations, comment se fait-il qu'entre 1957 et 1995 personne n'ait pensé à le proposer pour l'Ordre National de la Légion d'honneur ? 1 er octobre 2015
Major (H) Alain TOMEÏ