© 2018 Monsieur Légionnaire
L’attentat du poste « Drakkar » au Liban, 23 octobre 1983 À partir du mois de septembre 1982, la France participe à la résolution onusienne consistant en l’envoi de troupes d’interposition à Beyrouth au sein de la Force multinationale de sécurité à Beyrouth (FMSB). Entre   septembre   1982   et   avril   1984,   cinq   détachements   français,   appelés   «   Diodon   »   (I   à   V),   se   relèvent   ainsi   dans   la   capitale   libanaise   afin   de   restaurer l’autorité   du   gouvernement. Accompagnées   de   trois   détachements,   américain,   italien   et   britannique,   les   forces   françaises,   dont   le   quartier   général   est   établi   à   la Résidence   des   Pins,   ancienne   résidence   de   l’ambassadeur   de   France   au   Liban,   ont   pour   mission   la   protection   de   la   population   civile   et   l’instruction   de   l’armée régulière libanaise. Depuis   le   début   de   la   guerre   civile   au   Liban,   la   population   demeure   la   première   victime   comptant   des   milliers   de   morts   et   de   blessés,   mais   à   partir   de   l’été   1983, les   troupes   de   la   FMSB   deviennent   une   cible   de   choix   pour   les   milices   armées   du   centre   de   la   ville.   En   effet,   alors   que,   de   septembre   1982   à   juin   1983,   un   seul parachutiste   français   décède   en   opération   à   Beyrouth,   entre   le   22   juin   et   le   23   octobre   1983,   seize   militaires   français   sont   tués   lors   d’opérations   de   déminage ou par des tirs isolés de factions armées. Le   bilan   s’alourdit   le   matin   du   23   octobre   1983,   jour   marquant   l’un   des   plus   graves   traumatismes   chez   les   parachutistes   français   depuis   la   guerre   d’Algérie. Tandis   qu’à   l’aéroport   de   Beyrouth,   QG   de   l’US   Marine   Corps,   un   attentat   tue   deux   cent   quarante-et-un   soldats   américains,   sept   minutes   plus   tard,   à   Jnah, quartier   du   sud-ouest   de   Beyrouth,   une   camionnette   chargée   d’explosifs   fonce   sur   une   des   façades   du   poste   «   Drakkar   »   où   sont   installés   plus   de   soixante-dix parachutistes   des   1er   et   9e   RCP   (régiment   de   chasseurs   parachutistes).   Ensevelis   sous   les   décombres   de   l’immeuble   de   neuf   étages,   cinquante-huit parachutistes trouvent la mort tandis que quinze sont sauvés par leurs camarades, extirpés des gravats. Durant   trois   jours   et   trois   nuits,   autour   du   poste   «   Drakkar   »,   le   détachement   français   commandé   par   le   général   Cann   met   tout   en   œuvre   pour   déblayer   la   zone et   retrouver   des   survivants.   Les   dépouilles   et   les   plaques   d’identité   de   chacune   des   victimes   sont   retrouvées   et   prises   en   charge   par   la   prévôté   qui   s’assure   de l’identification et de la mise en bière des corps. Après   une   cérémonie   de   levée   des   corps   à   la   Résidence   des   Pins,   en   présence   de   l’ambassadeur   de   France   à   Beyrouth,   monsieur   Wibaux,   et   de   tous   les   chefs de   corps,   les   cercueils   sont   envoyés   en   France   pour   une   cérémonie   d’hommage   national   aux   Invalides,   présidée   par   le   président   de   la   République,   François Mitterrand, en présence de l’ensemble du gouvernement, le 2 novembre 1983, avant d’être confiés aux familles. Le   23   octobre   1983   marque   un   tournant   dans   le   rôle   des   détachements   internationaux   de   la   FMSB   de   plus   en   plus   pris   pour   cible   directe   à   Beyrouth. Incapables   d’agir   davantage,   les   forces   de   l’ONU   quittent   la   capitale   libanaise   en   avril   1984   et   sont   remplacées   par   un   détachement   d’observateurs   (DETOBS), appelés « casques blancs ».
Source du texte: ECPAD
Cérémonie aux Invalides
Cliquer sur l’image