© 2018 Monsieur Légionnaire
Le képi blanc Symbole    du    légionnaire    dans    le    monde    entier.    A l'origine,    il    s'agissait    en    fait    d'un    couvre    képi    de couleur   kaki,   comme   en   portaient   toutes   les   unités qui    participaient    à    la    pacification    du    Maroc.    A    la Légion,   sous   la   double   action   du   soleil   et   des   lavages répétés,    il    prit    vite    un    aspect    immaculé    et    devint l'objet de fierté des anciens. Il   fera   sa   première   grande   apparition   officielle   à   Paris le   14   juillet   1939   et   son   port   sera   étendu   à   tous   les régiments   à   la   fin   de   la   guerre.   Il   n'est   porté   que   par les   militaires   du   rang,   les   sous-officiers   et   les   officiers portent    le    képi    noir    frappé    de    la    grenade    à    sept flammes. La cravate verte Portée   aujourd'hui   par   les   légionnaires   fut   adoptée   en 1945,    après    la    découverte    par    le    Régiment    de marche   de   la   Légion   étrangère   d'un   important   stock provenant des chantiers de jeunesse. Les   cravates   venaient   à   point   nommé   pour   équiper les   formations   de   la   Légion   au   sein   desquelles   cet effet d'habillement faisait cruellement défaut. Elle devint réglementaire en 1946. La ceinture bleue A   l'origine,   c'était   un   accessoire   destiné   à   protéger   le personnel      servant      outre      mer      des      infections intestinales.   Elle   se   portait   alors   sous   les   vêtements. Peu   à   peu,   elle   prend   place   sur   la   veste   ou   sur   la capote, par coquetterie. La    couleur    bleue    fut    retenue    et    devint    le    signe distinctif de la Légion
Les épaulettes de tradition Portées   sur   la   tenue   de   parade   ont   pris   leur   allure   définitive,   à corps vert et coutures tournantes rouges, dès 1868. Ces   couleurs   vert   et   rouge   ont   été   héritées   des   Suisses   de   la 2 ème Légion    de    1835.    On    les    retrouve    également    sur    les fanions des unités élémentaires. Le    port    des    épaulettes    de    tradition    a    été    interrompu    par périodes et l'usage en a été définitivement rétabli en 1946. Les plis Légion Les   légionnaires   portent   sur   leurs   chemises   et   chemisettes   de tenue    de    sortie    une    série    de    plis    à    l'ordonnancement parfaitement   codifié   qui   donnent   à   ces   effets   réglementaires une élégance particulière. Pour    les    cadres    chargés    de    l'instruction,    apprendre    aux jeunes    légionnaires    à    faire    correctement    les    plis    de    leurs chemises   est   un   moyen   simple,   concret   et   très   efficace   de   leur expliquer    ce    que    "travail    bien    fait"    signifie,    et    de    leur    en donner le goût. La tenue des pionniers Les   pionniers   portent   la   barbe   et   le   tablier   de   buffle   et   défilent la    hache    sur    l'épaule.    Ils    rappellent    la    vocation    de    soldat bâtisseur du légionnaire. Selon    une    tradition    reprise    de    la    Grande    Armée,    ils    sont placés en tête des défilés, et ouvrent la route. Dans   leur   régiment,   les   pionniers   constituent   l'équipe   chargée de l'entretien et de l'amélioration de l'infrastructure du quartier. Le béret vert Initialement,   cette   coiffure   fut   adoptée   par   les   légionnaires   des bataillons   étrangers   de   parachutistes   du   corps   expéditionnaire d'Indochine    en    1948,    tandis    que    les    autres    formations    de Légion avaient conservé leur képi blanc. A    partir    de    la    Guerre    d'Algérie,    l'usage    du    béret    vert    fut généralisé à l'ensemble de la Légion.