© 2018 Monsieur Légionnaire
8 Janvier 1961 Un   événement   tout   à   fait   extraordinaire   venait   de   se   dérouler   au   1 er REP.   Pour   la   première   fois   depuis   le   début   des   guerres   d’Indochine   et d’Algérie,   des   officiers   de   cette   prestigieuse   unité   refusaient   de   partir   en   opération.   Ils   se   mettaient   en   grève   !   Unanimement   hostiles   à   la politique   algérienne   du   général   de   Gaulle,   ils   n’acceptaient   plus   de   voir   mourir   leurs   légionnaires   alors   que   l’indépendance   de   l’Algérie semblait   inéluctable. A   quoi   pouvaient   désormais   rimer   ces   opérations   incessantes   et   meurtrières   à   l’heure   où   le   chef   de   l’état   clamait   qu’il voulait   en   finir   à   n’importe   quel   prix   avec   le   «   boulet   algérien   ».   L’absurdité   dépassait   les   bornes.   Ils   avaient   donc   décidé   de   faire   la   « grève de la mort ». Un vent de panique souffla à tous les échelons de la hiérarchie. Quoi ! La « grève de la mort » ? Impensable pour des hommes qui étaient « soldats pour mourir »! Une   pluie   de   sanctions   s’abattit   sur   les   révoltés   qui   furent   mis   aux   arrêts   et   mutés   immédiatement   en   Métropole.   L’un   d’eux,   le   Lieutenant Roger   Degueldre   fut   affecté   au   4 ème    régiment   étranger   d’infanterie   mais   il   refusa   de   rejoindre   son   nouveau   corps.   Le   25   janvier   1961,   il entra dans la clandestinité. Les dés de son destin étaient jetés. Une légende naissait… A   Zéralda,   fief   du   1 er    REP,   le   cœur   n’y   était   plus   et   les   questions   que   posaient   les   cadres   rescapés   de   la   purge   n’obtenaient   aucune   réponse   de   la   hiérarchie   :   le drapeau   du   FLN   va-t-il   flotter   sur   Alger   ?   Après   avoir   été   vaincu   sur   le   terrain,   le   FLN   y   sortira-t-il   vainqueur   ?   Que   vont   devenir   les   Européens   ?   Et   les Musulmans   ralliés   au   drapeau   français,   eux   qui   ont   cru   aux   promesses   de   l’armée   ?   Après   l’Indochine,   l’Algérie…   L’armée   sera-t-elle   donc   éternellement vaincue, éternellement parjure ? Et   de   mains   en   mains   l’on   se   passait   une   lettre.   C’était   une   missive   vieille   de   2000   ans.   Le   texte,   rapporté   par   Suétone,   était   de   Marcus   Flavinius,   centurion   à   la 2 ème cohorte   de   la   légion   Augusta.   Destiné   à   son   cousin   Tertullus,   il   avait   été   écrit   en   Numidie,   ainsi   que   s’appelait   l’Algérie   à   l’époque   romaine   :   «   Si   nous devions laisser nos os blanchis en vain sur les pistes du désert, alors que l’on prenne garde à la colère des légions ! » La   colère   des   légions   !   Elle   se   concrétisera   le   22   avril   1961   avec   le   soulèvement   des   plus   belles   unités   de   légion   et   de   parachutistes…   et   se   termina   par   la dissolution du 1 er  REP.
La révolte du 1 er régiment étranger de parachutistes
Source: José Castano « Les Seigneurs de la guerre »